Abidjan Capital du rire

San Pedro, une belle commune qui abritait autrefois des infrastructures socio-éducatives modernes et fonctionnelles réalisées dans le cadre du projet PIDUCAS, fait aujourd’hui face à une situation préoccupante. En effet, de nombreux établissements et équipements importants dont la gestion et l’entretien est l’affaire de l’autorité municipale,comme cela se passe dans toutes les communes touchées par ce projet ont été délaissés par la mairie, entrainant une dégradation significative de ces infrastructures

Situation actuelle : Les écoles primaires et les établissements d’enseignement secondaire et primaire de San Pedro sont confrontés à des problèmes majeurs.
Le cas le plus patent est celui de l’école primaire de Baba laissé à l’agonie , Les bâtiments sont en mauvais état, avec des fuites d’eau, des plafonds délabrés et des salles de classe surpeuplées. L’absence d’entretien des infrastructures peut également conduire à des problèmes d’hygiène, avec des toilettes insalubres et des installations sanitaires défectueuses

Les équipements sportifs sont endommagés, les terrains de jeu sont impraticables et les lieux de divertissement manquent de maintenance, autrefois servant de lieux de rencontre et d’épanouissement pour la communauté, sont également touchés par cette négligence de la mairie.Les habitants de San Pedro sont privés de ces espaces de loisirs essentiels.

Que dire du terrain INAGOHI construis dans le cadre du projet PIDUCAS qui jadis avait fière allure ,est totalement dégradé .Conséquence, les élèves sont privés d’un environnement d’apprentissage sain et stimulant, ce qui peut nuire à leur réussite scolaire. De plus, l’absence d’installations sportives et de centres sociaux dans la ville limite les possibilités de divertissement.

« Il est donc impératif que la mairie de San Pedro prenne rapidement des mesures pour remédier à cette situation alarmante », a fait savoir un  jeune résidant dans la capitale du bas Sassandra .

Des fonds doivent être répartis à la rénovation et à l’entretien des infrastructures socio-éducatives. De plus, il est nécessaire d’établir un plan de gestion efficace pour assurer un suivi régulier puisque le maire a déclaré récemment avoir laissé dans les caisses de la mairie de san-Pedro avant l’installation de la délégation spéciale plus de 3 milliards de fcfa.

San Pedro pourra retrouver sa grandeur d’antan et offrir un environnement propice à l’épanouissement aux populations de cette cité balnéaire l’avenir nous le dira.

MS

Les commentaires sont fermés.

Voir aussi

Africa CEO Forum : Adama Bictogo présent à Kigali

Kigali le 16 mai 2024-Le président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, Adama …