Abidjan Capital du rire

Le jeudi 16 mai 2024, une dizaine de journalistes ont bénéficié d’une formation intensive sur la santé sexuelle et reproductive, organisée par la Coordination des Associations des Personnes Handicapées de Côte d’Ivoire (Caph-ci). Ce séminaire, qui s’est tenu dans les locaux de la Caph-ci à Abobo, près du lycée municipal, a mis en lumière un aspect souvent négligé dans les programmes de santé : la dimension du handicap.

Dr Koné Adama, conférencier principal de l’événement, a insisté sur l’importance de renforcer les capacités des journalistes en matière de santé sexuelle et reproductive, avec une attention particulière portée aux personnes handicapées. « Les programmes existants ne mettent pas suffisamment l’accent sur la dimension du handicap, » a-t-il affirmé. « Il est fondamental d’intégrer cet aspect dans nos efforts de sensibilisation et de communication. »

L’une des principales thématiques abordées lors de ce séminaire a été la variation de la représentation de la sexualité en fonction du type de handicap. Dr Koné Adama a expliqué que les méthodes éducatives et de communication doivent être adaptées en fonction des besoins spécifiques des personnes handicapées. « Éduquer et communiquer un changement de comportement à un enfant sourd, par exemple, est très différent de le faire avec un adolescent en situation de handicap moteur, » a-t-il illustré.

Dr Koné Adama a insisté sur le fait que l’adolescence est une période critique, particulièrement pour les jeunes en situation de handicap. Il a évoqué les difficultés supplémentaires que cette période représente pour les parents et a appelé à une inclusion systématique de la dimension du handicap dans les politiques de communication. « L’objectif est de favoriser un comportement sexuel responsable chez les jeunes handicapés, » a-t-il déclaré.

Cette initiative de la Caph-ci marque une étape importante vers une meilleure prise en compte des besoins spécifiques des personnes handicapées en matière de santé sexuelle et reproductive. En outillant les journalistes, l’organisation espère voir une amélioration significative dans la qualité de l’information diffusée et, à terme, un changement positif dans les comportements et les attitudes à l’égard de la sexualité des personnes handicapées.

La formation des journalistes sur la santé sexuelle et reproductive des personnes handicapées est un pas crucial vers une société plus inclusive. En intégrant la dimension du handicap dans les politiques de communication et en renforçant les capacités des professionnels des médias, la Caph-ci ouvre la voie à une sensibilisation plus adaptée et efficace, essentielle pour le bien-être et l’autonomisation des personnes handicapées en Côte d’Ivoire.

Les commentaires sont fermés.

Voir aussi

Pluies torrentielles :Abidjan sous les eaux 5 morts dénombrés.

Les pluies du jeudi 13 juin 2024 ont occasionné des montées des eaux et des éboulements da…