Abidjan Capital du rire

«J’irai à cette élection, peu importe ce qui va se passer le 2 septembre, pour une seule raison. Je me suis engagé en politique pour servir la cause du peuple, pour défendre le sort du peuple, pour lutter contre l’arbitraire et l’injustice». C’est ainsi résumé, le point presse qu’animé le député-maire de Tiassalé Assalé Tiemoko ce vendredi 11 août dans la commune de Cocody.

Dans ces propos liminaires le député-maire de la commune de Tiassalé a précisé qu’il a déjà saisi les chancelleries en Côte d’Ivoire, de même que les organisations de défense de droits humains en Côte d’Ivoire, de tout ce qu’il avait à dire à la presse.
Pour le natif de Tiassalé sa sortie de ce jour est consécutive à ses démarches administratives sans suite quatre mois durant sans suite auprès du Ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, auprès du Premier ministre et auprès du Président de la République.

Assalé Tiemoko indique ainsi que :« Devant le silence de tous et devant l’évolution de la situation sur le terrain, j’ai décidé de parler publiquement, parce que je n’ai pas d’autres solutions et parce que c’est le seul moyen qui me reste pour préserver ma sécurité et peut-être ma vie ».

Reprenant une citation du président de la république Alassane Ouattara ‘’Pour vivre en paix, il faudrait que tout le monde soit respecté, y compris les lois’’, Assalé Tieomoko est sans équivoque : « à Tiassalé, en république de Côte d’Ivoire, le préfet Vakaba Koné piétine les lois depuis des mois, sans que personne ne le sanctionne, parce que d’après lui-même, il est en mission pour que le 2 septembre, Assalé Tiémoko ne soit plus le maire de Tiassalé. À Tiassalé, le Préfet Vakaba Koné a engagé le gouvernement dans une machination contre le député-maire que je suis ».

Il poursuit en disant :«le préfet de Tiassalé piétine la loi de notre pays, Le candidat du Rhdp à l’élection municipale à Tiassalé est un conseiller municipal. Mais en cinq ans, alors qu’il est chaque semaine dans la ville, il n’a jamais mis les pieds à une réunion du conseil municipal. Sur la liste du candidat du Rhdp validée aujourd’hui par la CEI, se trouvent trois autres conseillers municipaux dont un n’a participé qu’à une seule réunion du conseil municipal en cinq ans et deux n’ont plus remis les pieds aux réunions du conseil municipal depuis avril 2021».
Le député-maire de la commune de Tiassalé dit en application de l’article 38 de la loi de 2012 sur les collectivités, a saisi le 14 juin 2022 le préfet de Tiassalé d’une requête en démission d’office contre ces conseillers qui ne siègent pas, car Selon cet article 38, le préfet avait obligation d’entendre ces conseillers sur les motifs de leurs absences et de transmettre au ministre de l’Intérieur, un rapport motivé afin que le ministre prenne un arrêté pour les démettre.

« Alors que le préfet de Tiassalé, à trois reprises, m’a assuré avoir entendu les concerner et transmit son rapport au ministre de l’Intérieur, j’ai découvert le 5 juin 2023, soit près d’un an plus tard, que le Préfet n’a transmis aucun rapport au ministre de l’Intérieur. Il n’a même pas entendu les conseillers concernés. C’est toute ma vie qui est là, ainsi résumée »déclare le maire et poursuit que le préfet Vakaba voudrait le punir parce qu’il a défendu les Ivoiriens malmenés par une décision appauvrissante, qu’ils ont décidé le punir et de le chasser de la mairie.

« J’irai à cette élection parce que victoire ou pas, ma vraie carrière politique commencera le 2 septembre 2023. Ils ne réussiront donc pas à me briser »,Assalé Tiemoko a appelé les populations de Tiassalé au calme et à se mobiliser pour aller exprimer le 2 septembre, leur choix souverain dans les urnes.
Il en a profité pour lancer un appel au secrétaire général de la Fesci, Allah Saint Clair, à tenir à éloigner son organisation des élections à Tiassalé. Il invite le secrétaire général de la FESCI à interpeller le secrétaire de la Fesci au campus d’Abobo, à renoncer à la mission qui lui a été confiée pour le 2 septembre et pour laquelle il a séjourné à plusieurs reprises dans la ville de Tiassalé ces cinq derniers mois.

Il a fait savoir que la nouvelle Côte d’Ivoire, ne se construira pas avec des dirigeants locaux désignés par des mercenaires électoraux et qui n’auront aucun respect ni aucun compte à rendre aux populations locales qu’ils veulent gouverner.
Le députe maire de Tiassalé a fait savoir que dans la soirée de ce vendredi, les audio seront diffusées sur les réseaux sociaux pour que tous les Ivoiriens sachent de quoi il s’agit.

JMB

Les commentaires sont fermés.

Voir aussi

Pluies torrentielles :Abidjan sous les eaux 5 morts dénombrés.

Les pluies du jeudi 13 juin 2024 ont occasionné des montées des eaux et des éboulements da…