Abidjan Capital du rire

Le président de la fondation internationale pour l’observation et la surveillance des droits de l’homme et de la vie politique a fait une annonce ce mardi 23 mai 2023 à travers une note pour donner la position de son entité et faire des propositions de solutions pour une solution politique apaisée en Côte d’Ivoire.

le président du fidhop a fait le constat du retrait par la Commission électorale indépendante (CEI), du nom de l’ex-Président de la République Laurent GBAGBO de la liste électorale provisoire remise récemment aux partis politiques.

Pour lui les droits civils et politiques, dont le droit de voter et d’être éligible, sont les droits de l’Homme de la Première génération, qui sont aussi inaliénables et inviolables, le président BOGA Sako gervais trouvé

Le procès de Laurent GBAGBO, le procès vraisemblablement non équitable que l’ex-Président se trouvait transféré à la Cour pénale internationale sur décision de l’État de Côte d’Ivoire .

Il est donc inconcevable selon le président du fidhop selon ses dires : « de se baser sur l’arrêt de la Cour Africaine des droits de l’Homme et des Peuples rendu à Arusha le 25 septembre 2020, qui enjoignait l’État de Côte d’Ivoire à prendre toutes les mesures nécessaires en vue de lever immédiatement tous les obstacles empêchant le requérant (GBAGBO) de s’enregistrer sur la liste électorale » .

La FIDHOP conclut donc que la radiation du Président Laurent GBAGBO de la liste électorale est une décision plutôt politique que judiciaire !

Il en a donc profité pour faire des propositions en demandant à l’ex-président Laurent GBAGBO de saisir directement le Conseil Constitutionnel, garant du respect de la Constitution qui consacre les droits de l’Homme, afin qu’il soit rétabli dans ses droits civils et politiques.

Le président BOGA Sako gervais  a demandé par la même occasion au parti de Laurent GBAGBO  qui est signataire des recommandations du dernier Dialogue politique 5, d’entreprenne toutes les démarches nécessaires pour aboutir à une solution politique de cette affaire.

Le président du Fidhop a par la suite demandé dans son communiqué au Président de la République de Côte d’Ivoire, Garant de l’unité nationale et de la paix sociale, use des prérogatives qui lui sont dévolues, afin de trouver une issue satisfaisante à ce dossier.

JMB

Les commentaires sont fermés.

Voir aussi

MADIGANE RESIDENCE : Votre havre de paix en bordure de lagune à Assinie

Vous rêvez d’une escapade inoubliable dans un cadre idyllique ? Ne cherchez pas plus…