Abidjan Capital du rire

Le député-maire de la commune de Tiassale, commune située à plus d’une centaine de kilomètres d’Abidjan a dans une note relevé la fraude sur la nationalité en Côte d’Ivoire, une fraude qu’il a qualifié de ‘’FRAUDE A NIVEAU INDUSTRIE « .

Il dit avoir enquêté sur un réseau de faux documents en Côte d’Ivoire depuis février 2014, et qui qui a porté sur, la carte nationale d’identité (CNI), les cartes de visite techniques,les timbres fiscaux, les extraits de naissance,les certificats de nationalité, les cartes grises de véhicules , les permis de conduire, passeports et bien d’autres documents administratifs.

Selon le natif de Tiassale si, à cette époque, la fraude sur la nationalité et autres documents administratifs se faisait avec un peu de prudence ou avec une certaine pudeur, maintenant les fraudeurs n’ont peur de rien.

« Ils sont quasiment aidés en toute conscience ou inconsciemment par des Ivoiriens.

Aujourd’hui, pour être Ivoirien, il suffit de se fabriquer une mère ou un père Ivoirien à partir d’une photocopie de CNI d’un Ivoirien et hop ! On a un certificat de nationalité ivoirienne et hop ! On a une CNI ivoirienne et on est Ivoirien ». a t’il indiqué.

Ils sont quasiment aidés en toute conscience ou inconsciemment par des Ivoiriens.

Aujourd’hui, pour être Ivoirien, il suffit de se fabriquer une mère ou un père Ivoirien à partir d’une photocopie de CNI d’un Ivoirien et hop ! On a un certificat de nationalité ivoirienne et hop ! On a une CNI ivoirienne et on est Ivoirien ». a t’il indiqué.

Comme dénoncé par certains Ivoiriens lors du lancement de cette nouvelle carte nationale d’identité, Antoine Assalé Tiemoko est très amer,puis que cette carte ne porte pas de filiation, pour lui c’est une porte à la ‘’fabrication  » de nouveaux types d’ivoiriens .

Pour l’homme fort de Tiassale la Côte d’Ivoire ne disposant pas encore de la technique pour ce genre de CNI, on est au paradis de la fraude.

Il attire dans sa note l’attention des gouvernants à ne pas fermer les yeux sur cette situation et indique les voies à suivre pour l’obtention de la nationalité ivoirienne.

Selon lui  il y a plusieurs modes d’acquisition de la nationalité que sont Naturalisation, mariage avec une IVOIRIENNE ou un IVOIRIEN et adoption par un ou une ivoirienne.

À cela, il faut ajouter les anciens modes d’acquisition, par déclaration avant 1972 et en application de la loi spéciale de 2013.

En dehors de ces modes, toute autre façon pour devenir Ivoirien est une fraude et tout Ivoirien qui a connaissance de ce fait est autorisé par la loi à consterter cette nationalité, y compris même le certificat de nationalité.

Seuls les enfants mineurs légitimes ou naturels d’un étranger devenu ivoirien par naturalisation peuvent avoir de droit, la nationalité ivoirienne. Les enfants majeurs sont exclus de ce bénéfice. Même l’enfant mineur marié est exclu du bénéfice de cette disposition. (Article 45 du Code de nationalité ivoirienne).

le député maire appelle à une réflexion pour trouver la solution et mettre fin à toute cette fraude sur les documents administratifs qui prend des proportions industrielles et très inquiétantes qui dégrade l’image de marque de la Côte-d’Ivoire.

« Avant les gens fraudaient surtout pour pouvoir circuler en paix ou voyager ou faire leurs affaires.

Maintenant, les gens fraudent, en plus des autres raisons, pour s’inscrire sur les listes électorales et participer au choix des dirigeants. Ça, ce n’est pas acceptable »fait savoir Assale Tiemoko .

Il dit au travers de cette note plaider pour la génération future et déplore le mimétisme des intellectuels ivoiriens qui ont peur d’être traité de xénophobes, et avertis en ces termes :«nous le savons tous que nous sommes en train d’aller droit dans le mur sur cette question ».

JMB

Les commentaires sont fermés.

Voir aussi

Africa CEO Forum : Adama Bictogo présent à Kigali

Kigali le 16 mai 2024-Le président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, Adama …