Abidjan Capital du rire

Avoir la même compréhension des dispositions qui encadrent les élections afin d’avoir des échéances électorales sans violence et acceptables par tous le 2 septembre prochain, était là le sens de la réunion d’échange entre le Président de la Commission Électorale Indépendante (CEI) Ibrahime Coulibaly-Kuibiert  et les représentants de groupements politiques, de potentiels candidats aux futures élections municipales et régionales de 2023.

Cette rencontre s’est tenu à l’espace Latrille évent dans la commune de cocody ce mardi 20 juin 2023.

Ces échanges qui ont duré plus de 3 heures d’horloge ont porté sur trois points essentiels à savoir: le quota des femmes dans les assemblées élues, le découpage administratif et la répartition de nombre de conseillers par département.

Le président de la Cei a dans son exposé liminaire expliqué tout le processus qui tourne autour de ces élections à venir.

Pour lui, il est bon de savoir comment les choses se passent, pour mieux les exécuter sur le terrain. Il le dit en ces termes: « 

Il ne s’agit pas de contrarier la loi mais il s’agit de nous s’accorder sur la compréhension ».

Le président de l’institution en charge de l’organisation des élections en Côte d’Ivoire a salué l’intérêt accordé au processus électoral ce qui lui permet lui et son institution de mieux communiquer autour de son organe.

Concernant la question relative au quota des femmes dans les assemblées élues qui est de 30% comme la stipule la loi qui n’est pas une décision de la commission électorale indépendante toutes les listes doivent avoir un minimum de 30% de femmes.

Sur  une liste 25 personnes par exemple, l’ordre doit être respecté il faut procéder par alternance le principe est que si le premier est un homme le second doit être une femme

Le principe est que si vous avez  un homme à la première place, la deuxième place vous devez avoir une femme ainsi de suite ou faire suivre deux candidatures de même sexe et la troisième de sexe différent .la précision de taille est que les 30% doivent être en début de liste et non à la queue », a fait savoir le magistrat hors hiérarchie.

À kuiBiert Coulibaly de prévenir :« une sanction s’applique si cette loi sur le quota n’est pas respectée, c’est l’invalidation pure et simple de la liste une disposition prévue par deux lois et un décret ».

En ce qui concerne la question relative au découpage administratif, le président de la commission électorale indépendante indique la Cei, n’a pas une vocation à créer des communes et qu’elle est juste là pour organiser les élections sur un territoire préalable défini par le gouvernement.

« Comme nous sommes le maillon faible on nous accuse de tous les maux .on dépose nos urnes dans les lieux indiqués  pour que le vote se déroule mais  On a fait de l’élection un phénomène qui apporte la mort c’est pour ça qu’elle ne suscite pas du monde », a-t-il déclaré avant d’ajouter « venez vers nous si vous pensez que nos décisions ne vous satisfont pas ,on va discuter le découpage n’est pas l’œuvre de la cei ».

Pour la  répartition des conseillers par département dans les régions le président de la Cei est formel :« c’est le ministère de l’intérieur qui  détermine le nombre de conseillers par département et cette répartition est basée sur la densité de la population, et si votre liste est inférieure ou supérieure aux normes elle est cause d’invalidité ».

Cette séance d’échange a été fort apprécié par l’auditoire qui a trouvé l’exposé de Kuibiert Coulibaly très rassurant et entendent contribuer à la réussite du processus électoral.

JMB

Les commentaires sont fermés.

Voir aussi

UPCI : Adama Bictogo appelle les États membres à une riposte concertée contre les changements climatiques

ABIDJAN – Le président de l’Assemblée nationale de Cote d’Ivoire, Adama Bictog…