Abidjan Capital du rire

Je me suis engagé dans la politique pour servir le peuple, pour défendre les plus faibles contre la puissance et l’arrogance des plus riches avec l’argent public. Je me suis engagé pour dénoncer l’injustice faite aux plus faibles. Vous connaissez les combats que j’ai menés et gagnés dans ce sens.

Si je veux faire la politique pour moi même et pour être riche, vous savez dans quel parti je serais actuellement et je pourrais m’en sortir seul et fermer ma bouche. Ce n’est pas ma conception de la politique et ce n’est pas l’éducation que j’ai reçue de mes parents.

C’est Dieu qui établit les autorités. À travers votre choix très clair du 2 septembre 2023, Dieu a parlé et Dieu ne se trompe jamais.

Malheureusement, ceux qui ne croient pas en Dieu, ont décidé de remettre en question, votre choix, donc le choix de Dieu.

En voulant coûte que coûte faire annuler votre choix, c’est à Dieu qu’ils s’opposent désormais. Je crois en Dieu et je crois en sa justice.

Je sais que j’ai son onction car je suis dans le vrai, je suis avec vous, le peuple pour lequel je me bats. Vous tous qui croyez en cette justice divine, je vous attends le 2 décembre prochain pour qu’ensemble, nous écrivions une nouvelle page de l’histoire politique de la Côte d’Ivoire à partir de Tiassalé.

Le scrutin du 2 décembre prochain n’est pas un vote pour choisir un maire, c’est un vote pour mettre fin à une certaine pratique politique, à un mépris pour le peuple que nous sommes.

Nous sommes à un tournant majeur de notre histoire et une nouvelle ère s’ouvre. De nombreux ivoiriens, partout en Côte d’Ivoire et de la diaspora, de nombreux frères africains nous regardent et comptent sur nous.

Pour montrer leur engagement à nos côtés, puisqu’ils ne sont pas inscrits à Tiassalé, ils et elles ont lancé une cagnotte citoyenne qui a mobilisé déjà des millions de francs CFA. C’est du jamais vu en Côte d’Ivoire après le paiement de la caution de vingt millions de francs CFA de Laurent GBAGBO en 1990.

Ces ivoiriens et Ivoiriennes, veulent qu’une nouvelle page de notre histoire démocratique s’écrive après l’espoir qu’ a suscité le retour du multipartisme en 1990. A chaque génération son combat. Nous n’avons pas le droit de decevoir les nouvelles générations.

En tout cas moi, je ne vous décevrai pas. Je sais que vous serez à la hauteur des attentes de Tiassalé et de la Côte d’Ivoire et vous rentrerez dans l’histoire par la grande porte.

Sortez plus massivement pour dénoncer l’injustice une fois pour toutes.

ASSALE TIEMOKO ANTOINE.

Les commentaires sont fermés.

Voir aussi

Décrispation de l’environnement politique : Des partisans de Guillaume Soro pas toujours rassurés

Abidjan-Le 22 février dernier, le chef de l’Etat , Alassane Ouattara a accordé la grâce pr…