Abidjan Capital du rire

Soumahoro Moriféré dit le Molare était l’invité de la tribune de l’Union des Journalistes Culturels de Côte d’Ivoire UJOCCI dénommé ‘’Les jeudis de l’UJOCCI’’ qui était à sa deuxième édition le jeudi 12 mars dernier après avoir reçu , Safarel Obiang, l’artiste coupé décalé le plus en vogue  du moment.

Philip Kla le président de ladite organisation entouré de plusieurs journalistes culturels de la presse de cote d’Ivoire était autour  du patron de MGROUP  Moriféré Soumahoro alias Le Molare, à l’espace cendrillon sise à la riviera 3.

Cette rencontre qui  s’est tenue autour du thème couper décaler :De 2002 à 2020:genèse ,enjeux et impact sur la culture ivoirienne a été le lieu pour le Molare de faire un tour d’horizon de l’actualité culturelle.

Plusieurs sujets ont été abordé partant de ses débuts lors de la création du coupé décalé à sa reconversion dans le monde des affaires. Molare est sur son divorce d’avec sa femme la mère de ses enfants avec qui il a eu deux jolies garçons après plus de 16 ans de vie commune.

Sur sa relation avec le Roi du Maroc, Mohamed V ,il révélé que cela est partis de son titre « tu es fou elle est folle »,j ai offert une clé USB ,chose que le ROI  du Maroc a apprécié voici le jour ou le roi Mohamed V m’adopté comme son fils, aujourd’hui j’ai une maison au Maroc.

Concernant Arafat , Molare dit ceci : ‘’Arafat était le meilleur de sa génération ,un artiste hors paire qui est partis trop vite, chose qu’il regrette toujours car il à perdu un petit frère .

Il est revenu sur les circonstances de la mort de feu Doug Saga ,qui pour lui est décédé du VIH SIDA  et qu’il s’occupe aujourd’hui du fils du créateur du coupé décalé.

C’est un Molare tout feu tout flamme que nous avons vu répondre avec calme et brio aux questions des journalistes ivoiriens .

 

JMB

Les commentaires sont fermés.

Voir aussi

Jean Pierre Cardinal  KUTWA Archevêque d’Abidjan:La candidature du Président Ouattara n’est pas nécessaire

« La candidature du Président Ouattara n’est pas nécessaire (…) Son devoir est de ra…